LES CONSEILS DES EXPERTS

Partager cet article sur : Devenir fan sur Facebook rejoignez-nous sur Twitter

Acheter une moto d'occasion

Acheter une moto d’occasion lorsqu’on ne possède aucune connaissance en mécanique peut parfois tourner au cauchemar. Kilométrages farfelus, machines endommagées à la suite d’une chute, moteurs fatigués pour cause de mauvais traitement… Autant de pièges à éviter. Suivez le guide pour un achat réussi :

Les papiers

N’hésitez pas à contrôler en détails la carte grise de l’engin qui vous intéresse.
Vérifiez que les numéros inscrits sur le cadre et le moteur correspondent à ceux indiqués sur les papiers.
Si tel n’est pas le cas, sachez que vous risquez simplement la prison.
Si le moteur a été changé et n’est plus celui d’origine, le vendeur doit vous présenter une facture en bonne et due forme avec les références exactes et le numéro de série du nouveau moteur.
Si vous êtes intéressé par une moto récente, exigez de voir son carnet d’entretien qui sert également de carnet de garantie.
Vérifiez les dates de révision et le kilométrage.
Assurez vous que la moyenne du kilométrage parcouru n’a pas subitement baissé entre la fin de la garantie et la date de mise en vente de la moto.

L'état général

Une moto entretenue et soignée ne doit présenter aucune trace suspecte. Des paquets de boue séchée ou des amalgames de cambouis visibles dans les recoins divers (moteur, selle, passage de roues…) indiquent que le vendeur n’a pas apporté un grand soin à sa machine.
Traquez les traces éventuelles de chutes en vérifiant l’état de la peinture sur les éléments de carrosserie mais également sur le cadre.
Embouts de guidon, rétroviseurs, pièces de carrosserie, clignotants, fourreaux de fourche et carters moteurs peuvent porter différents stigmates allant de la simple égratignure à la déformation de matière.
En cas de traces de choc évidentes, affinez votre inspection en vérifiant à l’œil le parallélisme des fourreaux de fourche et le bon alignement des roues. Pour cela, accroupissez vous derrière la moto après avoir pris le soin de mettre les deux roues dans le même axe.
En cas de doute, vérifiez l’état de la peinture au niveau de la colonne de direction. Elle a tendance à s’écailler si la moto a « tapé » et que le cadre est faussé.
Vous pourrez alors demander au vendeur un contrôle au marbre plus poussé chez un professionnel.
Vérifiez la visserie dont l’état renseigne sur la fréquence des démontages et la qualité des interventions. Jetez par ailleurs un œil sur les chromes : derrière de simples taches peuvent se cacher de futurs points d’oxydation.
Attention enfin à ce que les plastiques et polyesters n’aient pas été réparés

Les niveaux

Vérifiez que le vendeur à refait les niveaux d’huile, de liquide de refroidissement, de liquide de frein et des éléments de la batterie.
Profitez en pour contrôler l’aspect de l’huile moteur si vous achetez une mécanique 4 temps. Une couleur noire et la présence de dépôts ne sont jamais bon signe.
En cas de doute, vous pouvez demander au vendeur d’en faire analyser un prélèvement.

Les pneus

Inspectez-en les sculptures, la bande de roulement à l'arrière et les à-côtés de cette bande de roulement à l'avant.
Vérifiez par ailleurs que les flancs ne sont pas craquelés, défaut fréquent des machines ayant effectué peu de kilomètres en plusieurs années. .

Les freins

Vérifiez l'épaisseur des garnitures des plaquettes. À moins de 2 mm, on considère généralement qu'elles sont à remplacer.
Contrôlez également l'état des disques. S'ils sont creusés ou rayés, c'est qu'ils ont été utilisés avec des plaquettes usées.
Si des fissures sont présentes autour des trous de ventilation, les disques sont aussi à remplacer.
Pour s'assurer que les étriers n'ont pas commencé à gripper, poussez la moto à la main, freinez puis relâchez.
Elle ne doit pas continuer à freiner toute seule.

La transmission secondaire

La chaîne ne doit pas se décoller de la couronne lorsqu'on la tire vers l'arrière.
Les dents d'une couronne usée sont asymétriques, creusées et penchées dans le sens de la traction.
Pour un cardan, vérifiez qu'il ne distille ni vibrations ni à coups.
Assurez vous également que les soufflets de protection de l'arbre sont bien étanches.

Les suspensions

Vérifiez que les joints spis de fourche ne fuient pas et que les amortisseurs arrières ne suintent pas.
Compressez les et assurez vous qu'ils sont encore freinés dans leur course de détente.
Assurez vous que les molettes et vis de réglages n’ont pas été abîmées.
Mettez la moto sur la béquille centrale, délestez la roue avant et tournez le guidon d’un côté puis de l’autre pour vérifier qu’il n’y a pas de point dur dans la direction.

Le bras oscillant

Toujours sur la béquille centrale, soulevez maintenant la roue arrière du sol et essayez de faire bouger le bras oscillant latéralement afin de détecter un jeu éventuel au niveau des bagues et des roulements.

Les roues

Assurez vous que les jantes ne comportent aucune trace de choc.
Ne tolérez aucun défaut car des roues en alliage peuvent casser lorsqu’elles ont été accidentées. Vérifiez également le faux rond latéral en les faisant tourner dans le vide. Il ne doit pas excéder un millimètre.

Les échappements

Vérifiez s'ils sont d'origine ou non, et essayez de repérer d'éventuelles traces de chutes et de possibles marques de corrosions qui vous permettront de négocier le prix de la moto. La sortie des échappements vous donnera des indications sur l'état de santé du moteur.
Sur un quatre-temps, la présence d'huile ou de suie signalera un mauvais réglage ou un encrassement du filtre.

Démarrage

Assurez vous de pouvoir mettre en route la moto, moteur à froid.
Cela vous permettra de mesurer l’état de santé de la batterie, du démarreur -dont le remplacement de la roue libre s’avère très souvent onéreux-, et bien sûr du moteur.
A chaud, lorsque la mécanique a atteint sa température de fonctionnement, certains bruits disparaissent, comme ceux émis par une chaîne de distribution fatiguée.
Méfiez vous de toute espèce de cliquetis et autres bruits de ferraille, même si le vendeur vous assure que sa machine a toujours fonctionné ainsi.
Un claquement de cloche d’embrayage disparaît si l’on enclenche une vitesse et que l’on relâche un peu l’embrayage, alors qu’un claquement de chaîne de distribution persiste en toute circonstance.

L'essai

il est indispensable, avant tout achat, de pouvoir essayer la machine que l’on convoite.
S’il n’est pas toujours possible de la piloter soi-même pour des questions d’assurance ou de simple méfiance de la part du vendeur (beaucoup de motos sont volées à l’occasion de ce type de transaction), un essai en tant que passager ne peut vous être refusé.
Celui-ci vous permettra de vous faire un avis sur l’état des amortisseurs, du freinage, mais aussi sur le fonctionnement de la boîte de vitesses, de l’embrayage et des performances du moteur.
Demandez à emprunter des axes variés afin de mieux cerner le comportement de la moto. A votre retour, profitez que la mécanique soit chaude pour détecter d’éventuelles fuites d’huile, au niveau du moteur bien entendu, mais aussi des amortisseurs et des joints spi de fourche.
Pensez à jeter un oeil sur le pot d’échappement qui ne doit pas cracher de fumée intempestive lors d’un grand coup de gaz.

Le prix

Le prix d’une moto d’occasion est généralement défini par une cote qui prend en compte le prix moyen des transactions réalisées sur le modèle concerné, son kilométrage, ses options...
La perspective d'une révision coûteuse (contrôle jeu aux soupapes, réfection distribution, réglage carburation, changement transmission, pneus, disques de freins et plaquettes, etc. ), de réparations mécaniques ou esthétiques doit vous amener à un rapide calcul et à une nouvelle estimation du prix de la moto.
D'une façon générale, les frais à prévoir sont déduits du prix de la cote en appliquant une minoration de 50 %. Par exemple, on déduira 50 % du prix du pneu à changer. La consultation du carnet d'entretien vous sera d'une aide précieuse pour déterminer les travaux effectués ou non sur la machine, et à prévoir...
Trop de kilomètres « réels » ou très peu influent évidemment sur le prix de vente d'une moto.
D'une façon générale, on estime le kilométrage standard à :
- environ 5 000 km / an pour une 125
- environ 12 000 km / an pour une moyenne cylindrée (+ de 125 cm3 à 749 cm3)
- environ 15 000 km / an pour un grosse cylindrée (+ de 750 cm3)
Chaque kilomètre en trop ou en moins se négocie environ 6 centimes (0,06 euros).

La signature de la vente

Lorsqu'ils se sont entendus sur le prix de la transaction, l'acheteur et le vendeur doivent remplir un certificat de vente (disponible dans les préfectures, mairies et commissariats de police) et en conserver chacun un volet.
L'acheteur doit également prendre la peine de s'assurer que la vente ne sera pas bloquée au moment de la demande de carte grise.
Vendeur endetté, crédit non soldé, PV impayés… Autant de risques que permet d'éviter le certificat de non-gage, encore appelé certificat de situation. Dernier point, le vendeur ne doit pas omettre de barrer la carte grise, d'y mentionner : "vendu le…" et de la signer. Cette carte grise, ou certificat d'immatriculation, est la carte d'identité de la moto.
Elle indique la date de première mise en circulation, et non la date de fabrication du modèle.

ATTENTION

Le vice caché est un défaut de la moto qui rend son utilisation normale dangereuse et dont le vendeur n’avait pas forcément connaissance mais dont il est responsable sur le plan juridique. Lorsque le vice est délibérément caché par le vendeur, cette escroquerie rend son auteur passible des tribunaux. En cas de litige, vous pouvez faire appel à un expert. Celui-ci constatera le défaut éventuel et vous aidera à obtenir réparation auprès du vendeur. A l’amiable, ou devant un tribunal compétent.