LES CONSEILS DES EXPERTS

Partager cet article sur : Devenir fan sur Facebook rejoignez-nous sur Twitter

Affronter le froid

Il y a ceux qui rentrent leur moto au garage à l’arrivée des premiers frimas, lui préférant le confort douillet de l’automobile. Et puis il y a ceux qui se refusent à abandonner leur machine sous prétexte que le thermomètre s’est mis en berne. Voici donc quelques conseils pour les irréductibles à qui le froid ne fait pas peur…

Avant de songer à transformer votre moto pour vous protéger du froid, vous commencerez bien évidemment par investir dans une tenue adéquate.
Veste et pantalon doivent être imperméables tout en assurant une protection thermique maximale.
Choisissez de préférence une veste trois-quarts à un blouson pour éviter les filets d’air au niveau de la taille.
Assurez-vous qu’elle dispose d’un bon joint thermique au niveau de la fermeture éclair. Une veste d’hiver doit cumuler les aspects pratiques avec des poches en nombre, une bonne étanchéité, un col et montant confortable suffisamment large pour accueillir un tour de cou.
L’ajustement des manches par scratch ou fermeture éclair est préférable aux pressions.

L’idéal est de choisir un modèle doté d’une ou deux doublures amovibles afin de faire varier l’épaisseur en fonction des variations climatiques. Un bon pantalon d’hiver doit quant à lui être épais et résistant.
Il doit remonter assez haut pour ne pas laisser passer l’air.
Pour cela, choisissez de préférence un modèle à bretelles qui ne vous comprimera pas le ventre. Bien évidemment, les protections contre la chute comprendront des coques aux genoux ainsi que des plaques de mousse sur les hanches et le coccyx.
Un bon pantalon d’hiver doit par ailleurs s’ajuster correctement au niveau des mollets, de manière à bien enserrer les bottes.

À moins de rouler sur une GT première classe du type BMW K 1200 LT ou Honda 1500 Gold Wing (motos équipées de protections exceptionnelles, d’une selle et de poignées chauffantes), se protéger du froid lorsque les températures deviennent négatives exige quelques sacrifices sur l’autel de l’esthétisme. C’est l’exposition au vent qui, en plus de mouiller quand il pleut, fait descendre en permanence la température de la surface des vêtements et, par conséquent, celle de notre corps.

Pour éviter d’être complètement exposé au vent, on peut opter pour le montage de carénages ou de pare-brise adaptables si votre moto n’en est pas équipée.
Moins compliqué et pourtant très important : l’adoption de protège mains. Les trails en sont souvent équipés, et des modèles adaptables peuvent se monter sur la plupart des machines, les formes des commandes se ressemblant généralement.
Ils se fixent sur les axes d’articulation des leviers et peuvent être modifiés à la forme de leur support.
Les protège mains présentent l’immense avantage de couper l’arrivée continuelle de l’air froid sur les gants.

Plus efficaces encore, les manchons permettent de préserver les mains du froid et de la pluie.
Éléments disgracieux, ils sont appréciés des coursiers qui, en ville, ont les doigts très souvent ouverts pour manœuvrer.
Choisissez un modèle dont la taille est prévue pour vos commandes, notamment pour capuchonner le bocal de liquide de frein et d’embrayage quand il est présent.
Le manchon doit être suffisamment vaste et rigide pour qu’il ne vienne pas s’appuyer sur les leviers en prenant de la vitesse sous la pression du vent.
Appliquez vous à les lacer correctement pour qu’ils ne bougent pas et ne laissent pas des entrées d’air frigorifiant. Plus discrètes, les poignées chauffantes adaptables se présentent sous la forme d’un kit composé d’une paire de poignée, d’une commande à fixer au guidon, de fils électriques, de leurs connecteurs et d’un porte fusible.

Le raccordement est généralement assez simple à réaliser, mais il faut veiller à placer correctement le bouton de commande pour pouvoir l’actionner en roulant. Enfin pour les frileux, le tablier protecteur apportera la touche finale.
Laid mais diablement efficace, un bon tablier sera doté d’armatures flexibles pour le rigidifier au niveau des jambes, possédera des fibres tissées d’aluminium qui le protégeront d’un éventuel contact avec le moteur.

En roulant, le tablier protège du froid à partir de la ceinture, de la pluie mais aussi de toutes les saletés de la route et permet de porter des pantalons classiques sans les abîmer. Son seul défaut, outre son aspect inesthétique réside dans sa prise au vent.
Son utilisation sera donc à réserver pour des déplacements à allure raisonnable.