LES CONSEILS DES EXPERTS

Partager cet article sur : Devenir fan sur Facebook rejoignez-nous sur Twitter

Contrôler sa moto après un choc

Même apparemment sans conséquence, une chute ou un accrochage laissent la plupart du temps des traces sur une moto. Et celles-ci ne sont pas forcément anodines. Des éléments importants peuvent être endommagés et votre sécurité alors mise en danger. Alors voici quelques conseils pour vérifier l’état de votre machine après le moindre choc.

Aussi bénin qu’il puisse paraître, tout accident quel qu’il soit mérite d’être pris en considération.
A partir du moment où votre moto est tombée ou qu’elle est entrée en collision avec un obstacle ou un autre véhicule, une vérification sérieuse s’impose.
Pas question de rouler après une chute, même à allure réduite, sans avoir vérifier qu’aucun élément n’ait été endommagé. Après la carrosserie, le guidon et les différentes commandes (leviers, sélecteur et pédale de freins, d’embrayage et de vitesses), votre attention doit se porter sur la fourche de votre moto.

Même en cas de chute sur le côté, elle peut être faussée sans que cela vous saute aux yeux.

 

D’éventuels points durs sont révélateurs d’un problème. Moto calée sur sa béquille, traquez par ailleurs un éventuel problème de parallélisme des deux tubes plongeurs en vous plaçant sur le côté.
Utilisez comme repère les reflets de lumière qui eux restent parallèles sur chaque tube.
Un défaut peut venir d’un tube tordu ou d’un té faussé, deux anomalies qui nécessitent l’intervention d’un spécialiste. Sur les suspensions à grands débattements des motos tout-terrain, vérifiez que la moto ne soit pas tout simplement vrillée sur elle-même.
Pour cela, desserrez légèrement les boulons qui maintiennent les tubes dans les tés et, face à la moto, roue avant bloquée entre les genoux, tirez sur le guidon pour remettre la fourche droite. Resserrez ensuite les tés.
Outre la fourche, une chute ou une collision peuvent avoir de graves conséquences sur l’état des roues et des freins. Mettez là encore votre moto sur la béquille centrale et faites tourner les roues pour vérifier qu’elles ne soient pas voilées.

Si des rayons sont cassés, il faut les remplacer puis dévoiler la roue. Si la jante a pris un coup, sa déformation est dangereuse et généralement impossible à redresser.
A la moindre fêlure dans l’alliage, surtout ne roulez plus. Vérifiez également avec soin l’état des pneus.
Une coupure profonde ou une hernie révèle une carcasse endommagée.
Le risque est grand alors que le pneu éclate à haute vitesse.
En même temps que les roues, examinez les disques de frein. Voilé, un disque fera frétiller le levier sous la pression. Le voile repousse alors les plaquettes à chaque tour de roue et donne l’impression qu’une bulle d’air s’est glissée dans le circuit hydraulique. Une fourche tordue peut avoir un effet similaire en faussant l’appui d’un étrier sur son disque. Observez attentivement les étriers et les durites afin de vérifier qu’elles ne soient pas endommagées. La boulonnerie de fixation, le serrage et l’état des durites doivent être au-dessus de tout soupçon pour ne pas vous trahir au moment où vous aurez besoin de saisir vos freins.
« Last but not least », comme disent nos amis anglais, le cadre.

Si le choc a été violent et que votre fourche a souffert, le cadre de votre moto peut lui aussi avoir été faussé.
Le point faible se situe à l’ancrage de la colonne de direction sur les tubes du cadre. Inspectez les soudures à cet endroit.
Un éclat de peinture peut signifier que le métal s’est déformé au-delà de sa limite d’élasticité. Vous devez alors le faire contrôler par un professionnel équipé d’un marbre.
En cas de doute, vous pouvez vérifier l’alignement des roues à l’œil en vous accroupissant derrière la moto. Ou tester l’alignement à l’aide d’une cordelette tendue sur les côté le long des roues. Voilà quelques gestes importants pour garantir votre sécurité.
Et bien évidemment, en cas du moindre doute, contactez votre Expert. La sécurité est une affaire de professionnel.