LES CONSEILS DES EXPERTS

Partager cet article sur : Devenir fan sur Facebook rejoignez-nous sur Twitter

L'entretien hivernal

Le froid et l’humidité ne malmènent pas seulement les organismes humains. Ils mettent aussi à rude épreuve les mécaniques les plus solides. Chaque année, circuits électriques, serrures, pièces métalliques, câbles et autres éléments de votre moto sont inévitablement victimes des affres de l’hiver…

Il y a des machines qui ont la chance de passer les mois les plus rudes de l’année à l’abri d’un garage, loin du froid et des intempéries.
Et puis il y a celles dont les propriétaires sillonnent les routes par tous les temps. S’il est assez facile aujourd’hui de se prémunir du froid et de l’humidité en tant qu’utilisateur, il en va autrement des motos qui n’ont d’autres défenses que l’attention consentie par leur propriétaire.
De celle-ci va bien évidemment dépendre la longévité du matériel ainsi que son bon fonctionnement. Avant même de rouler, il faut déjà démarrer.

 

Or, le froid et l’humidité sont de terribles ennemis pour les circuits électriques.
Première chose à faire en période hivernale : soigner sa batterie. Celle-ci est non seulement malmenée par les conditions climatiques, mais elle doit en plus assumer un travail rendu plus difficile par ces mêmes conditions.

Les démarrages sont toujours moins aisés l’hiver que durant les beaux jours.
Sans parler du fait que le froid ralentit sa réaction chimique et amoindrit sa puissance, et que les trajets assez courts ne permettent pas à l’alternateur de la recharger correctement pour compenser la consommation électrique due à ces démarrages plus difficiles. Pour ne pas subir ce cercle vicieux, mieux vaut avoir une batterie en pleine forme.
Aussi pensez à la recharger dès que vous sentez ses réactions moins vigoureuses.
Pour cela, démontez la et mettez la en charge toute une nuit avec un chargeur destiné aux batteries moto. Si vous utilisez un chargeur pour voiture, ne la laissez pas plus d’une heure ou deux car l’intensité du courant est nettement plus forte.

Si le froid fatigue la batterie, l’humidité malmène les circuits électriques, surtout ceux des machines qui ne sont pas de première jeunesse ou qui sont contraintes à passer leurs nuits à la belle étoile.
Pour remédier aux démarrages difficiles, veillez à ce que les caoutchoucs d’étanchéité des capuchons de bougies restent en bon état.
Ils ne doivent pas être craquelés et doivent tenir bien en place. La céramique blanche des bougies doit quant à elle être propre.
Par ailleurs, un coup de bombe anti-humidité est toujours utile pour protéger les fils de bougies et les bobines d’allumage des fuites de courant haute tension. Une dernière chose pour favoriser le démarrage des moteurs les plus récalcitrants : adaptez la viscosité de l’huile moteur à la température extérieure.
Une huile 20W50 a la même viscosité moteur chaud qu’une 5W50, mais cette dernière se fige bien plus tard par temps froid. Aussi, quand le thermomètre passe en négatif, le moteur colle moins et le démarreur a moins d’effort à faire pour le lancer. Pensez par ailleurs que le liquide moteur a une durée de vie limitée.
Au bout de deux ans, ses propriétés antigel et anticorrosion se mettent à diminuer. Vous pouvez les contrôler à l’aide d’un densimètre.

S’il fige l’huile moteur, le froid peut aussi geler les serrures.
Alors si votre clef de contact ne veut plus rentrer dans son logement, ne forcez pas mais prenez un briquet pour la réchauffer en faisant passer la flamme sur sa lame. Cela lui permettra ensuite de dégeler les pistons de la serrure.
Vous éviterez ce genre de désagrément en lubrifiant de temps à autre les serrures à l’aide d’une bombe spécifique que vous trouverez chez votre Expert.
Attention, ne mettez jamais ni huile ni graisse dans une serrure, car les poussières s’y amalgameraient et en altèreraient le fonctionnement.
Réservez ces produits aux câbles ainsi qu’aux axes d’articulation des leviers et des pédales que la pluie et l’humidité maltraitent avec beaucoup d’assiduité.

Si le graissage de ces éléments n’est pas effectué, l’oxydation va faire son travail et les commandes vont progressivement durcir sans que vous ne vous en rendiez compte. Pour lubrifier les câbles, utilisez de la graisse en tube ou en bombe. Leur durée de vie n’en sera que meilleure et cela vous évitera de vous retrouver un beau matin avec un câble coincé. Les commandes aux pieds sont plus faciles à graisser. Faites le à l’aide d’une burette ou d’une bombe.