LES CONSEILS DES EXPERTS

Partager cet article sur : Devenir fan sur Facebook rejoignez-nous sur Twitter

Sortir de l'hivernage

Ce n’est pas encore le printemps, mais sauf surprise de dernière minute, le gros de l’hiver est maintenant derrière nous. Les journées ont rallongé, la neige s’est estompée et l’envie de ressortir sa moto se fait pressante chez ceux qui avaient décidé de lui faire passer l’hiver dans le fond d’un garage. Mais après plus de trois mois d’immobilité, la remise en route exige quelques précautions. Suivez le guide…

On ne quitte pas son garage avec une moto qui est restée plusieurs mois sans fonctionner comme on enfourche le matin la machine avec laquelle on roule au quotidien.
Une moto qui a passé l’hiver au repos a besoin d’un peu d’attention avant de pouvoir retrouver l’air du large sans courir de danger. Le nombre d’opérations à effectuer avant la remise en route dépend bien évidemment du soin que l’on a accordé à sa mise en hivernage.
Procédons par ordre… Avant toute chose, il vous faut recharger la batterie.
Utilisez de préférence un chargeur adapté aux batteries motos car les chargeurs pour voitures distillent un courant de trop forte intensité.
Si après quelques coups de démarreur votre batterie déclare forfait, il ne vous reste plus qu’à la remplacer par une neuve. Au pire, pour démarrer, sachez que vous pouvez utiliser une paire de câbles munis de pinces crocodiles avec lesquelles vous vous raccorderez sur une batterie de voiture en faisant bien attention de respecter la polarité des cosses. Fil noir sur cosse « moins », et fil rouge sur cosse « rouge ». Ce branchement vous permettra de remettre votre moto en route, mais ne vous évitera pas forcément d’avoir à acheter une batterie neuve par la suite.

L’étincelle est prête, mais quid de l’essence ? Starter à fond, votre moteur refuse de donner de la voix.
Si votre réservoir est équipé d’un robinet à dépression, mettez celui-ci dans la position « PRI » qui permet un remplissage immédiat.
Si votre robinet ne possède pas cette position, tirez sur la batterie pour activer le démarreur et faire tourner le moteur, seul moyen pour permettre à l’essence de venir remplir les cuves des carburateurs et amorcer l’explosion.

Malgré tous vos efforts et la bonne santé de votre batterie, votre moteur refuse toujours de démarrer. Essayez alors, si le filtre à air de votre moto est accessible, de vaporiser à son entrée un aérosol de démarrage immédiat. Un gaz inflammable qui renforce le principe du starter en enrichissant le mélange combustible.
Si vous n’avez pas pris la précaution de vidanger les cuves de vos carburateurs avant de remiser votre moto au garage, il est fort possible que les dépôts dus à l’évaporation aient encrassé les cuves et les gicleurs pendant son immobilisation.
Notez que même si votre moteur a retrouvé le son, l’encrassement des carburateurs peut aussi se manifester par de malencontreuses pétarades et autres hoquets de mauvais aloi. Ces désagréments peuvent se dissiper d’eux-mêmes, la nouvelle essence évacuant toute seule les dépôts. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez utiliser un produit nettoyant pour carburateur qui s’utilise directement à la place de l’essence pour faire tourner le moteur au ralenti, ou qui se rajoute à une petite quantité d’essence dans le réservoir.

Votre moto est en route, ce n’est pas pour autant qu’elle est prête à s’élancer avec l’ardeur que vous lui connaissez. Durant son repos prolongé, tous les organes mécaniques ont souffert de l’oxydation, et ils ont besoin d’un petit rodage de quelques dizaines de kilomètres avant d’être sollicités normalement. Dès que vous commencez à rouler, testez les réactions des freins. Qu’ils soient à disques ou à tambours, ils ont besoin de se décrasser. Arrêtez vous à la première station-service pour regonfler correctement vos pneumatiques qui se sont forcément dégonflés durant leur séjour au garage. Comme pour une inspection de sécurité de celle que l’on apprend en moto-école, procédez à une revue de détails de votre machine. Vérifiez notamment le fonctionnement des lampes car les culots peuvent être eux aussi oxydés.

Si votre moto est restée immobilisée durant plusieurs mois, n’hésitez pas à faire vidanger son moteur, l’intérieur de celui-ci n’étant pas inoxydable. Prenez également soin de graisser correctement les câbles, les axes d’articulations des leviers et des pédales, ainsi que la chaîne de transmission primaire. Stockée sans graissage préalable, cette dernière va s’user prématurément et nécessiter une fréquente remise en tension.