3 offres cadeau pour se faire la malle
Prix dégommés sur les trains de pneus Michelin Pilot Power et Michelin Pilot Road 2
20€ de remise pour un train de pneus Pirelli Diablo Rosso II ou Pirelli Angel ST

Rouler sous la pluie

Que vous soyez motard confirmé ou simple novice, que vous pilotiez une grosse cylindrée ou une 125, une sportive ou un scooter, rouler sous l’eau exige les mêmes règles de conduite. Qui dit pluie dit adhérence précaire. C’est vrai sur autoroute, ça l’est encore plus en ville où les ronds-points, passages protégés, bandes blanches et autres plaques d’égouts représentent autant de pièges redoutables. D’un virage à l’autre, l’adhérence peut varier. Aborder de telles conditions exige donc en premier lieu une conduite fluide et détendue.

Or, moins on se sent en sécurité, plus on a tendance à se raidir au guidon de sa machine.
Alors que bien évidemment c’est tout le contraire qu’il faut réussir à faire. Regarder au loin, se détendre, anticiper les changements d’adhérence et les dangers, ne pas brusquer sa machine, voilà le comportement à adopter pour franchir ce cap psychologique que tout motard a dû un jour aborder.
L’appréhension vaincue, il ne s’agit pas pour autant de se laisser griser.
En entrée de virage, attention à ne pas attraper le levier de frein trop violemment.

 

De même qu’à la sortie il est impératif de remettre les gaz en douceur pour ne pas faire décrocher le pneu arrière.
Le transfert des masses, que ce soit au freinage ou à l’accélération, doit se faire en douceur. Le moteur, lui, doit être utilisé davantage sur le couple qu’en sollicitant les hauts régimes.
Quant à la prise d’angle dans le virage, elle doit être modérée et durer le moins longtemps possible. Contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, sous la pluie, ce sont les petits virages qui sont le plus dangereux car ce sont eux où, se sentant plus en confiance, l’on aura tendance à avoir des phases de pilotages plus brutales.
Par ailleurs, si vous avez un long parcours à effectuer sur une route détrempée, mieux vaut adapter les réglages de votre machine. Tout d’abord les pneumatiques. Ceux-ci doivent être bien évidemment en bon état, mais aussi correctement gonflés. Contrairement aux idées reçues, une trop faible pression est bien plus dangereuse sur le mouillé que le contraire. Pas suffisamment gonflés, les pneus se déformeront et exigeront une plus forte pression au guidon pour diriger la moto. Le pilotage n’en sera que plus brutal.
D’autre part, des pneus manquant de pression verront leur structure se déformer et évacueront donc moins bien l’eau.
Les suspensions, elles, doivent être assouplies au niveau de la précharge, de façon à prévenir les mouvements intempestifs sur les irrégularités du revêtement. Ceux qui disposent de machines aux suspensions plus sophistiquées pourront aller jusqu’à ouvrir l’hydraulique au niveau de la détente, dans le même but de rendre les mouvements de la machine plus progressifs.

Pour piloter avec vigilance et sérénité, mieux vaut se protéger correctement des intempéries. Et pour rouler au sec, rien ne vaut un équipement adapté. Combinaison étanche ou ensemble veste pantalon, à vous de voir.
La marque Ixon propose les deux à un tarif intéressant. La combinaison s’appelle Glide, et l’ensemble veste pantalon Fog. Etanche au vent et à la pluie, facile à enfiler, doté de large poche et de velcro permettant d’ajuster poignets et chevilles, cet équipement dispose également de ventilation au niveau du dos afin de ne pas se transformer en étuve.
Pour rouler sous la pluie en toute sécurité, la vision de la route et de ses pièges demeure bien évidemment primordiale.
Or, qui dit pluie dit très souvent buée dans le casque. Pour éviter ce désagrément, vous pouvez utiliser un masque anti-buée qui dirigera votre souffle vers le bas et limitera par ailleurs le phénomène de condensation. Il existe également des traitements à appliquer à l’intérieur de la visière, le plus efficace se présentant sous la forme d’un film à poser du type Fog City -à n’installer toutefois que si votre écran ne dispose pas d’un traitement anti-buée d’origine.
Il est par ailleurs possible d’appliquer un produit déperlant à l’extérieur de la visière, du type Rain X, afin de faciliter l’écoulement de l’eau et améliorer là encore le champ de vision.
Si vous disposez d’une moto équipée d’un carénage, ce traitement pourra aussi être appliqué sur la bulle, comme cela se fait en compétition.

Prendre soin de sa machine
La mécanique n’aime guère la pluie. Aussi pour protéger votre machine et éviter que l’eau ne l’endommage, n’hésitez pas à huiler et graisser câbles et axes.
Cela évitera leur oxydation et leur usure prématurée. Si votre machine n’est pas de la première jeunesse, vérifiez l’état de vos capuchons de bougies et vaporisez un produit spécifique anti-humidité sur votre circuit haute tension d’allumage.
Le silicone que ces aérosols contiennent permettra de faire barrage à l’humidité.

Choisissez votre magasin

3 possibilités de recherche :

Par département ou ville Par magasin Sur la carte

Image motard
Image Description